1844 : Naissance de la première crèche en France pour prévenir les risques de maltraitance et protéger les enfants… – Ecrire Pour et sur le Travail Social

Savez-vous ainsi que la première existante en France a été créée en 1844 par Jean-Baptiste-Firmin Marbeau ? « Sans distinction d’origine ou de religion, les crèches reçoivent les enfants pendant toute la journée de travail des mères, qui peuvent venir deux fois allaiter leur nourrisson. Recueillis à l’âge de 15 jours, ils peuvent être confiés à la crèche jusqu’à l’âge de trois ans moyennant une légère rétribution. Les mères doivent également fournir chaque jour le linge nécessaire à leurs enfants ».

Nous voyons ici les prémices d’un système organisé par l’Etat, en vue d’empêcher de nouvelles maltraitances, celle des , achetant littéralement des enfants pour plus tard les faire travailler.

Nous sommes en 1836, il déjà il est question de la place que prend l’administration. « l’Etat vient en aide aux mères trop pauvres pour mettre leurs enfants en nourrice et hors d’état d’allaiter elles mêmes ». « les pauvres petits sont placés en province par les soins du bureau de bienfaisance et l’assistance publique et surveillés par des inspections régulières ».  » ce système a remplacé avantageusement celui des nourrices municipales, de véritables entreprises d’élevages pour les enfants indigents, emporté dans des boîtes ou des paniers comme de jeunes animaux il est placés à vil prix dans les campagnes ».

Le chapitre 8 de ce livre s’intitule « les institutions enfantines ». On y traite des sociétés de protection de l’enfance. On y apprend que la société d’allaitement maternel, et celle de la protection de l’enfance ont à peu près le même but. « les mères qui nourrissent elles-mêmes leurs enfants sont soutenues, protégées, aidées par le cœur et les ressources de toutes les femmes intéressées à la santé et au bien-être des pauvres petits êtres que menace la misère dès leur entrée de vie. C’est dans le but de faciliter ce devoir au mères indigentes retenues par un travail indispensable qu’ont été fondées les crèches ». Nous percevons ici, au-delà le jugement exprimé, que ce sont les femmes les plus pauvres, celles qui sont obligés de travailler qui sont secourues en priorité. Mais il n’y a pas qu’elles. « l’oeuvre des mères de famille soulage des femmes mariées qui ne se trouve pas dans les conditions exigées par les sociétés maternelles, ou qui ne peuvent pas faire connaître leur misère par les formes un peu administratives en usage dans cette institution ».

Un livre ancien  intitulé « la charité en France à travers les siècles » nous en apprend un peu sur l’origine des établissements de protection de l’enfance en France. Il a été édité en 1892 et écrit  par Mme De Witt. Alors bien sûr, dans ce livre, il est souvent question de charité chrétienne. On y parle beaucoup de la société Saint-Vincent-de-Paul, de la société des enfants trouvés, et  des filles de la charité. Mais nous avons là, dans un style d’écriture un peu précieux, avec les normes et valeurs du 19e siècle, un éclairage intéressant sur ce qu’a pu être  la protection en France à ses origines.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.