Avec le confinement, la prématurité a chuté dans plusieurs pays

Confinez, c’est bon pour les bébés. Drôle de slogan de santé publique, suggéré par une observation surprise générée par les phases de confinement des populations : elles peuvent provoquer une chute drastique de la fréquence des naissances prématurées. Les naissances sont considérées comme prématurées lorsqu’elles surviennent avant trente-sept semaines d’aménorrhée avec des bébés dont le poids peut passer sous la barre des 1,5 kg, voire de 1 kg pour des naissances avant la 32e semaine. Elles représentaient 7,5 % des naissances en France en 2016 (contre 6 % en 2010), une proportion en augmentation depuis 1995, selon une enquête nationale périnatale (Institut national de la santé et de la recherche médicale, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). Au niveau mondial, c’est un fléau qui tue chaque année un million de bébés peu après leur naissance, un risque fortement diminué dans les pays disposant de services de néonatalogie bien équipés.

Pour lire la suite : Avec le confinement, la prématurité a chuté dans plusieurs pays

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This