Comment les migrantes ont émancipé la Suisse – horizons

La haute conjoncture qui régnait en Suisse après la Seconde Guerre mondiale a attiré de nombreux travailleurs étrangers, notamment italiens. En terres helvétiques, il allait de soi que les femmes restent à la maison et s’occupent des enfants. Dans certaines régions d’Italie, il était au contraire normal que les femmes travaillent, notamment pour des raisons économiques. «Concilier travail et famille était à cette époque un problème auquel étaient confrontées les familles suisses défavorisée ainsi que les migrants », note Francesca Falk.

Le phénomène s’est par exemple manifesté en ville de Berne. Dans les crèches, le nombre des enfants issus de l’immigration a augmenté de plus de 60% au milieu des années soixante, en dépit de la priorité accordée aux Suisses lors de l’attribution des places. L’immigration a également nécessité davantage de places d’accueil dans le Valais, canton rural. L’essor de ces infrastructures a rendu l’accueil extrafamilial des enfants de plus en plus habituel, également pour les classes moyennes helvétiques.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.