Fessées, gifles, cris : les enfants humiliés font des adultes fragilisés

Une campagne nationale contre les « violences éducatives ordinaires» vient d’être lancée sur Internet, le 23 janvier, par la Fondation pour l’Enfance, et se poursuivra ensuite à la télévision. «Frapper », « humilier », « crier sur son enfant », « c’est le marquer pour longtemps », soulignent les vidéos diffusées par cette fondation reconnue d’utilité publique, dans le but de « sensibiliser les ».

Le médecin généraliste Gilles Lazimi, coordinateur de la campagne, en a expliqué les objectifs à l’AFP : « Il n’y a pas de petite claque, ni de petit coup, ni de paroles anodines envers nos enfants. Toutes ces pratiques que nous reproduisons parce que nous les avons subies sont des violences, peuvent les marquer pour longtemps, et retentir sur leurs acquisitions et leur devenir ». Et d’ajouter : « Entre adultes, toute violence est un délit, alors pourquoi ne l’est-elle plus quand elle a pour cibles nos enfants ? »

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.