Garde d’enfant : l’effet pervers insoupçonné des réformes Macron – Capital.fr

C’est le petit travers de la réforme Macron que personne n’avait vu venir. Alors que les particuliers-employeurs seront cette année dans l’obligation d’augmenter les salaires nets des travailleurs à domicile afin de compenser la baisse des cotisations dont ils profitent par ailleurs… l’opération ne sera pas neutre pour tout le monde. Bien au contraire. Les quelque 1,1 million d’employeurs d’assistantes maternelles et 100.000 autres employeurs de garde d’enfants à domicile seront perdants dans cette affaire.

Comme tous les employeurs à domicile, ces derniers devront en effet augmenter le revenu net de leurs salariés en deux temps : une première hausse devra être actée fin janvier pour compenser la baisse de la contribution maladie et une partie de la contribution chômage, puis une deuxième revalorisation devra avoir lieu en octobre, suite à la suppression totale des cotisations chômages.

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This