La FNEJE soutient l’appel à la non disparition des jardins d’enfants et des classes passerelles | Les Pros de la Petite Enfance

La Fédération Nationale des Éducateurs de Jeunes enfants (FNEJE) s’associe au collectif des jardins d’enfants pédagogiques de la Ville de Paris pour lancer un appel à la non disparition des jardins d’enfants et des classes passerelles.
Le projet de loi pour une école de la confiance, actuellement en discussion, instaure l’instruction obligatoire à trois ans, fragilisant ainsi l’existence des établissements accueillant les enfants entre 2 et 6 ans.

Deux ans, pas pour convaincre mais pour choisir
Comme nous l’annoncions hier, un amendement a été déposé laissant un sursis de deux ans aux jardins d’enfants notamment. Et le mot sursis n’est pas vain. En effet il semble que cet amendement ne soit pas destiné à préparer une pérennisation des jardins d’enfants. Bien au contraire. Le président de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, le député LRM du Bas-Rhin Bruno Studer, l’a rappelé aux représentants des jardins d’enfants strasbourgeois samedi dernier : ce délai de deux ans doit permettre de donner le temps aux jardins d’enfants de choisir de se reconvertir soit en EAJE, soit en école maternelle. Une affirmation qui renforce les inquiétudes exprimées par le collectif parisien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.