La mortalité infantile est stable depuis dix ans après des décennies de baisse – Insee Focus – 117

Le taux de mortalité infantile est historiquement bas. Il a baissé tendanciellement depuis le début du vingtième siècle (figure 1), malgré quelques hausses très marquées à certaines périodes. Ainsi, la longue canicule de l’été 1911 a entraîné un pic de mortalité due aux diarrhées et à la déshydratation chez les nouveau-nés. Puis, la mortalité infantile progresse de nouveau fortement pendant l’épidémie de grippe espagnole en 1918 et durant les deux guerres mondiales. Le taux de mortalité infantile s’élevait à 143 ‰ en moyenne entre 1901 et 1909 en France métropolitaine. Il baisse rapidement à partir de la fin des années 1910 et est deux fois plus faible à la fin des années 1930 (autour de 70 ‰).

Durant la Seconde Guerre mondiale, il augmente entre 1941 et 1945, année où il culmine à 113,7 ‰, avant de décroître de nouveau régulièrement, jusqu’en 2005. De 51,9 ‰ en 1950, il baisse ainsi à 21,9 ‰ en 1965 puis à 10,0 ‰ en 1980. Le taux de mortalité infantile continue de se réduire jusqu’à 3,6 ‰ en 2005. La mortalité infantile est alors environ 35 fois plus faible qu’un siècle auparavant.

Depuis 2005, la diminution de la mortalité infantile marque le pas et le taux de mortalité reste stable autour de 3,5 ‰ en France métropolitaine (3,7 ‰ pour la France entière).

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.