La petite enfance, priorité du nouveau plan pauvreté

Ambitionnant de « rompre la reproduction de la pauvreté » – un enfant pauvre devient un adulte pauvre –, le nouveau plan pauvreté annoncé jeudi 13 septembre fait de l’accueil des tout petits dans les crèches ou par des assistantes maternelles une priorité. Alors qu’il s’agit d’un « levier efficace de réduction des inégalités », seuls 5 % d’enfants défavorisés sont accueillis en crèche contre 22 % des enfants favorisés.
En plus de la création de 30 000 places en crèches et 1 000 en relais d’assistantes maternelles signée en juillet par la ministre Agnès Buzyn dans la convention d’objectifs et de gestion de la branche famille de la Sécurité sociale, le plan veut renforcer la qualité de l’accueil par un plan de formation continue de 600 000 professionnels de la petite enfance avec un nouveau référentiel favorisant l’apprentissage de la langue française par les tout petits. Selon les chiffres du ministère, on estime en effet qu’à l’âge de 4 ans, l’écart de pratique familiale du langage est environ de 1 000 heures selon les origines sociales.

Pour en savoir plus : La petite enfance, priorité du nouveau plan pauvreté

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.