Maël-Carhaix. Les assistantes maternelles se professionnalisent

Il y a d’abord le statut qui a évolué : « C’est aujourd’hui un métier reconnu. » Il y a aussi le contrat de travail qui, désormais, est obligatoire, mais aussi la convention collective, une mensualisation du salaire, des congés… « Nous ne sommes plus corvéables à merci ! »

Il n’est maintenant plus possible de devenir assistante maternelle sans diplôme. Il faut obtenir un agrément, délivré par le conseil départemental. La formation est importante et des stages sont régulièrement proposés.

Élodie raconte une journée type dans son métier : « J’ai un agrément pour quatre enfants. Mon amplitude horaire va de 6 h 30 à 18 h. » Selon l’âge de l’enfant, on pratique différentes activités : « Je me rends régulièrement à la ludothèque, aux bébés lecteurs, au relais assistante maternelle… Ce que j’aime le plus, ce sont les rencontres intergénérations. »

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This