Pollution industrielle constatée dans les sols de crèches parisiennes

Les raideurs et les douleurs articulaires touchent un français sur deux et altèrent la qualité de vie. Pourtant, des solutions naturelles efficaces existent.

Recouvrir les sols végétalisés par un matériau synthétique ou remplacer les terres en place (sur 30 centimètres) par des terres d’apport dont la qualité sera contrôlée avec mise en place d’un grillage avertisseur.

Philippe Hansebout, chargé de la sous direction de l’ de la à la Mairie de Paris se montre rassurant : « Nous avons mis en place un comité de pilotage avec la préfecture de police et les situations sont sous contrôle. Les expertises que nous avons menées avec l’Agence Régionale de Santé ont montré qu’il n’y avait aucun danger pour la santé des enfants ou des personnels

Le Bureau de recherches géologiques et minières a ainsi passé au crible 171 établissements en Ile-de-France, des crèches jusqu’aux lycées. Parmi eux, 76 sont classés en catégorie B, ce qui signifie que « les aménagements et les usages actuels permettent de protéger les personnes des expositions aux pollutions

D’abord restés confidentiels, les résultats d’un diagnostic visant à identifier les ‘établissements scolaires sensibles’ au risque de pollution industrielle, viennent de tomber.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.