Pour les enfants placés, des familles d’accueil en pénurie, poussées « à l’épuisement »

Elle essaie de compter sur ses mains. Très vite, ses longs doigts diaphanes ne suffisent plus. « Une bonne quarantaine », se résigne à chiffrer Typhaine L., 54 ans. Derrière les chiffres, il y a ces enfants que la justice a décidé de séparer de leur famille pour les placer chez elle, dans son petit pavillon francilien à la façade jaune citron. Parfois pour quelques semaines, la plupart entre un et quatre ans, l’un jusqu’à sept années.

Des bambins laissés dans leur berceau comme des « poupées de chiffon », des handicapés mentaux ou physiques, des enfants de famille sans le sou, des violés, des battus, des « petits puants qui ont grandi comme des animaux », et même un enfant de partis faire le djihad… Un inventaire à la Prévert de « ses abîmés », comme Typhaine L. aime à les appeler. « Parce qu’un abîme, ça donne l’idée du gouffre dans lequel ils ont grandi. » Et son rôle à elle, depuis vingt-deux ans, c’est de « les élever. Littéralement, les tirer un peu vers le haut ».

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.