Quand la garde d’enfants tourne à la galère

Cindy, infirmière, ne trouve pas de solution pour la garde de sa fille. C’est une situation difficilement tenable, qui va parler à beaucoup de parents qui doivent poursuivre le travail en cette période de pandémie. Cindy, qui souhaite rester anonyme, est mère d’une fillette qui va sur ses huit ans. Elle est infirmière. Habitante de Charleville-Mézières, elle travaille dans une clinique à Revin, avec des horaires atypiques. Du coup, impossible de faire garder son enfant dans une structure comme celle du Château des fées, explique-t-elle : les horaires de l’accueil ne le permettent pas. « Je travaille de 8 heures à 20 heures, ou de 9 heures à 17 heures, et il faut aussi ajouter les temps de trajet…. Or les horaires proposés par les structures d’accueil restent des horaires de journée ».

Source : Quand la garde d’enfants tourne à la galère

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.