Rentrée: comment les crèches privées surfent sur l’angoisse des familles – Challenges.fr

Dernier épisode en date de cette success story, Les Petits Chaperons Rouges a profité de l’été pour absorber l’un de ses concurrents, la société Crèches et Malices, leader des micro-crèches à Paris intra-muros avec 500 places et 41 établissements. « Nous aurons désormais 45% du marché parisien en acquérant cette entreprise réalisant 10 millions d’euros de chiffre d’affaires ».

A ce jour, l’entreprise a ouvert 140 crèches d’entreprises et 60 établissements en délégation de service public. La première d’entre elles a été la de Rungis, ouverte en 2005 aux enfants des salariés de la zone d’activité SILIC. « Gros intérêt pour les entreprises: elles voient le taux d’absentéisme se réduire radicalement quand leurs collaborateurs sont libérés de l’angoisse de la garde d’enfants », souligne le patron des Petits Chaperons Rouges, qui a ouvert le capital de son groupe à Rothschild & Cie. La banque d’affaires possède aujourd’hui 40% du capital de l’entreprise.

Les Petits Chaperons Rouges ne connaît donc pas la crise. Le groupe table cette année sur un chiffre d’affaires de 125 millions d’euros… soit 25% de plus qu’en 2013. « Nous proposons des places de crèches aux entreprises, qui ensuite les proposent à leurs salariés, explique Jean-Emmanuel Rodocanachi. Mais nous proposons aussi nos services aux collectivités locales en répondant à de nombreux appels d’offres pour la mise en place de crèches municipales ».

Rien d’étonnant à ce qu’une poignée d’entrepreneurs audacieux se soient invités sur ce marché en situation de pénurie. Parmi eux, Jean-Emmanuel Rodocanachi, HEC de 44 ans, fondateur et président de la société Les Petits Chaperons Rouges, forte de 200 crèches collectives (dont 100 en Ile-de-France) et qui emploie 2.500 collaborateurs. Créée en 2000, cette entreprise a prospéré sur le manque de structures de gardes collectives pour les enfants de moins de 3 ans. Ils ne sont que 10% à disposer d’une place en crèche en France.

A l’heure de la rentrée des classes, des milliers de sont confrontées au grave problème de la garde de leurs enfants en bas âge. Les infrastructures sont largement insuffisantes, il manque entre 300.000 et 500.000 places de crèches dans tout le pays.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.