«Un homme sur 100 éligible à un congé parental le prend» – Libération

Va-t-on encore longtemps devoir se contenter de l’exemple des «papas latte», ces pères suédois qui partagent des cafés en s’occupant de leurs mouflets grâce à un Etat qui ne mégotte pas ? En l’occurrence en accordant 480 jours de congé parental à se partager – à condition que chaque parent prenne au moins trois mois – en percevant 80 % de son salaire pendant les 390 premiers jours. Va-t-on continuer à jalouser les pères (et mères) islandais qui peuvent s’enquiller trois mois de congé avec leur bébé à 80 % de leur salaire ? Ces questions se posent dans un Hexagone qui n’a sans doute pas investi assez dans le pouponnage paternel, levier essentiel d’une plus grande égalité entre les femmes et les hommes. Les faits sont là : si près de sept pères sur dix prennent leurs fameux onze jours de congés paternité (indemnisés à 100 % dans la limite du plafond de la sécu), le «vrai» congé parental côté pères est un flop. Le nombre d’hommes qui le prennent ne cesse de baisser. Pourquoi un tel raté ?

 

Cyrille Godfroy

Éducateur de Jeunes Enfants, Coordinateur Petite Enfance d'une collectivité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.